« Cinglée », dans le cadre de l’opération « Je t’a(b)ime »

Dans le cadre de l’opération « Je t’a(b)ime », une pièce de théâtre sera donnée au Centre Culturel MJC le samedi 23 novembre à 20h00.

Contexte

Lorsqu’elle découvre avec consternation, mais aussi avec rage le nombre de femmes tuées par des hommes, le nombre de ces « féminicides » comme on les appelle, perpétrés chaque jour à travers le monde, mais aussi en France et dans son pays la Belgique, Céline Delbecq, dramaturge bruxelloise, se met à écrire « Cinglée ».  Pour ne plus minimiser le féminicide !

Un cri du cœur pour percer le silence criminel qui entoure le massacre des femmes, souvent relaté par les médias dans la catégorie des « faits divers » ou des « crimes passionnels ».

Résumé de la pièce
Depuis que Marta Mendes est tombée sur un article relatant le «premier» meurtre conjugal d’une femme de l’année 2017 en Belgique, elle passe ses journées à dépouiller les journaux en quête fébrile de ceux qui suivront.
Devant la liste qui s’allonge irrémédiablement et dont elle tient le registre jour après jour, devant les boîtes d’archives qui s’empilent, Marta ne voit d’autre choix que d’écrire au Roi Philippe qui, elle en est sûre, saura mettre un terme à cette situation qui la rend malade.

Cette pièce trace le parcours de combattant d’une résistante gagnée par la folie d’un monde qui refuse de voir, de reconnaître et d’agir.

Mais qui est vraiment cinglée ?

Est-ce Marta ou notre société, par son silence insoutenable ?

Son combat, et celui de Céline Delbecq à ses côtés, est aussi celui du vocabulaire, des mots utilisés par les médias pour parler de ces féminicides dont on ne dit pas le nom.

Pour hurler cette vérité dans un monde de sourd et d’indifférence généralisée, Céline Delbecq utilise aujourd’hui le mot choc de « génocide ».

Comment comprendre le silence qui entoure les faits glaçants dont nous sommes les témoins ? Qu’est-ce qui nous définit en tant que sujets humains devant le crime ? Notre capacité à se mettre à la place de l’autre peut-elle être le levier de toute humaine révolte ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 73 = 80