Interview de Tiffany Douchies, responsable du P.C.D.N.

Tiffany est la Conseillère en Environnement et à ce titre, c’est elle qui est à la tête du Plan Communal de Développement Nature, le PCDN.

Vous entendrez parler de ce plan toute l’année aux travers des nombreuses actions qu’il lance, mais aussi parce qu’il fête cette année ses 20 ans ! Faisons connaissance…

Bonjour Tiffany et avant tout, merci de te prêter au jeu des questions-réponses pour le blog Comines-Warneton Actu.

Tu peux nous parler un peu de toi et de ton cursus ?

Aaah les études … C’est seulement après 2 ans en architecture et un an en ingénieur architecte que je me suis tournée vers un bachelier en Agronomie. J’ai choisi la finalité environnement, c’est celle qui me correspondait et me plaisait le plus.  En 3ème année, un stage est prévu, et étant de Comines, je me suis naturellement dirigée vers le service Environnement de l’administration de Comines, qui a accepté de me prendre pour 12 semaines, et plus particulièrement pour travailler avec Nathalie Cappelier au PCDN.

Une fois le diplôme en poche, un poste de conseiller en environnement s’ouvrait au service Environnement de Comines, j’ai donc postulé pour celui-ci. Le PCDN étant très chronophage et Nathalie ayant pris une autre voie, j’ai repris le flambeau du PCDN et le suivi d’autres projets environnementaux, ce qui m’a rassurée car je savais d’avance que je m’y sentirai plus à l’aise que dans la peau d’un conseiller en énergie.

Le PCDN va t’occuper toute l’année, tu peux nous dire quelques mots sur l’existant et sur son devenir ?

Certaines activités existaient déjà, comme la Semaine de l’Arbre, l’Opération un enfant un arbre ou l’Opération batraciens, qui étaient organisées chaque année. Des conférences, des sorties et de la sensibilisation étaient déjà bien ancrées également.

Quand je suis arrivée, on bossait sur les arbres remarquables, on souhaitait agrandir la liste de ceux-ci. Suite au départ de Nathalie, je n’ai malheureusement plus eu le temps de m’en occuper mais le projet n’est pas oublié.

Ce qui m’a semblé le plus important, dès le début, c’était d’agrandir le cercle des bénévoles. Le PCDN se base sur une participation citoyenne, il était donc important de redynamiser l’équipe grâce à une bonne communication. Et vu le nombre de participants à l’Opération batraciens, ça a marché ! Plusieurs nouveaux membres ont rejoint le PCDN. Je suis ravie de voir que les plus anciens bénévoles suivent toujours le PCDN, qu’ils sont toujours autant impliqués et enthousiastes, et je les remercie de croire en moi et de me soutenir.

Enfin, et peut-être encore plus important, je souhaiterai créer un « partenariat » avec les agriculteurs. Si nous souhaitons atteindre l’objectif les 4.000 kilomètres de haies en Wallonie lancé par le nouveau gouvernement wallon, un travail de commun accord avec eux sera nécessaire. Les haies dans les champs ont énormément d’avantages : limitent l’érosion des sols grâce aux racines, limitent le ruissellement et les coulées de boues, servent d’autoroute pour la petite faune ainsi que de zone de refuge et de source de nourriture.

Cette année, beaucoup d’actions ont été menées par le PCDN et ses partenaires. Peux-tu nous en lister quelques-unes et nous dire quelles sont celles qui t’ont marqué ?

  • Nous avons installé des nichoirs à Chevêche et à Hirondelles chez les agriculteurs intéressés (si certains n’ont pas vu passer l’info et qu’ils sont intéressés, ils peuvent toujours me contacter !)
  • Une série de conférences (hirondelles, tétra-lyre, organismes cécidogènes, plante sauvage apicole etc.)
  • Plantation d’une haie à la Chaussée d’Houthem avec une classe d’enfants
  • Journées wallonnes de l’eau
  • Campagne de stérilisation des chats errants
  • Semaine de l’Arbre et Opération un enfant-un arbre
  • Opération batraciens

L’Opération batraciens m’étonne toujours. Il faut ramasser, deux fois par jour, les batraciens, les identifier et les faire passer de l’autre côté de la route pendant 3 mois ! Voir autant de personnes prenant sur leur temps pour mener à bien cette action démontre qu’il y a encore des citoyens qui se soucient de la biodiversité, et l’on ne peut qu’être satisfaite de leurs efforts.  Sans eux, cette Opération ne pourrait pas perdurer, et des centaines de batraciens seraient morts écrasés.

Je profite de l’occasion pour insister auprès des conducteurs passant par le Chemin de la Blanche à Ploegsteert : ne roulez pas trop vite, pour les batraciens mais surtout pour les bénévoles qui doivent longer la route, un accident est vite arrivé.

Cette année, nous allons fêter les 20 ans du PCDN, l’évènement est important. Quelles sont, dans les grandes lignes, les réjouissances au programme :

Oh oui, 20 ans ça se fête !

Au programme :

  • Des stands d’associations (LPO, Contrat de Rivière Escaut-Lys, Adalia, Lys-Nature, Eco-vie, etc.), de confection de nichoirs, de vente de plantes, etc.
  • Des conférences sur le thème des jardins sauvages
  • Des balades : deux à la RNOP et une au Bois de Ploegsteert, en partenariat avec le Halot Chêne VertHa
  • Et pour bien terminer la journée : le nouveau spectacle d’Ecoscénique « Des Zabeilles et moi »
  • Il y aura bien sûr de quoi manger, et surtout de quoi se désaltérer !

Pas de panique pour la météo, la majorité des activités se feront en intérieur, dans la Salle Horta de la Briqueterie.

Comment tu imagines ta commune dans dix ans ?

J’imagine, ou plutôt j’espère, que plus de jeunes se sentiront concernés par leur environnement et sa protection. J’espère aussi que nous arriverons à renforcer le réseau écologique, qui est en fait le but premier du PCDN et qu’un partenariat sera possible avec les agriculteurs.

Si tu avais un budget illimité, quelle action lancerais-tu ?

La question n’est pas évidente, parce qu’actuellement ce n’est pas d’argent qu’il nous manque, grâce au budget conséquent accepté chaque année. On manque plutôt de temps et de bras. Mais avec un budget illimité, on pourrait acheter un terrain et en faire un bois communal ! Cela renforcerait le maillage écologique en ajoutant une zone refuge dédiée à la faune.

Comment tu vois la grande appétence pour l’écologie, la prise de conscience qui semble se développer au sein de la population de Comines, mais plus globalement en Europe ?

J’espère que celle-ci perdurera dans le temps, et que plus de personnes agiront en conséquence. Prendre conscience c’est une chose, mais l’important c’est d’agir. Je me rends compte que les enfants sont de plus en plus sensibilisés à l’école, et certains d’entre eux sensibilisent à leur tour leurs parents, et ça c’est vraiment chouette !

Un petit mot pour conclure ?

Je tiens vraiment à remercier les bénévoles pour leur motivation, et si des jeunes (ou des moins jeunes) veulent nous rejoindre, ils sont les bienvenus !

Merci de t’être prêtée au jeu, et pour ce que tu mets en place ! C’est vraiment du beau travail, plein d’enthousiasme et dans la bonne humeur ! Nous invitons avec grand plaisir toutes les bonnes volontés à rejoindre les rangs des bénévoles.

Par G.C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

69 − = 63