Succès pour la conférence « Belgique, vers un confédéralisme » de Philippe Van Parijs

Beau succès de foule pour ce deuxième café4philo qui accueillait en conférence Philippe Van Parijs, Docteur en philosophie de l’Université d’Oxford, Docteur en sociologie de l’UCL, Prix Franqui de 2011 pour son livre « Belgium, une utopie pour notre temps ».

En effet, ce sont plus de 100 personnes qui ont pendant plus de deux heures, assisté à une conférence brillante sur l’état des lieux de notre Belgique et de son futur par un orateur pédagogue qui sait rendre son sujet intéressant.

Qu’en retenir ?

Demandant à son public de se positionner sur différents scénarios possibles ou désirables pour le futur, Philippe Van Parijs nous explique les forces et faiblesses de chaque scénario. Pour la majorité présente ce soir-là ce sont les solutions de la Nation francophone ( Wallonie + Bruxelles) (dans une conférence à Anvers c’est Groot- Vlaanderen ( Flandres + Bxl) qui a été choisi ) et le Condominium ( Wallonie et Flandres indépendantes s’occupant conjointement de Bruxelles) qui ont été choisi.

A partir de ce constat, Philippe Van Parijs tire la conclusion que la Belgique restera Belgique car aucune entité ne voudrait partir sans Bruxelles et aucune n’accepterait que l’autre parte avec Bruxelles. La scission est donc impossible

Constat ok mais alors que faire ?

Pour Philippe Van Parijs dresser un constat est primordial mais derrière il faut apporter des solutions pour permettre à la Belgique de vivre ensemble sans aucun problème. Il suffit de trouver un « demos » commun.

En premier lieu, accepter une langue commune à tous qui serait l’anglais. Ceci a pour but de ne pas mettre une langue de notre pays en avant et de parler d’une même voix compréhensible par tous si on se donne les moyens d’y accéder.

Pour se faire, il avance :

  • Une vraie chambre Fédérale : Election de listes sur l’ensemble du territoire qui permettrait à chaque homme politique de ne pas se cantonner à sa région mais à se faire apprécier par son travail par l’ensemble de la population.
  • Un sénat composé de gens tirés au sort parmi la population. Son rôle serait de répondre à des questions de société demandé par la Chambre et qui au final devrait aboutir à des lois votées par la Chambre.
  • Une Belgique à 4 régions : Wallonie, Flandres, Bruxelles et la région Germanophone

Le financement se ferait sous un modèle dit « Capuccino » qui consisterait en un financement du fédéral (le café) vers les régions par habitant. A charge des régions d’y ajouter les ingrédients (sucre, lait, crème) qu’elles estimeraient nécessaires pour les habitants de sa Région.

Pour finir, Philippe Van Parijs a répondu aux questions pertinentes de la salle. Vraiment une belle soirée enrichissante ! Pour vous faire une idée complète, n’hésitez pas à acheter son livre !

Par W.D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

58 − 50 =