Warneton: Réunion citoyenne sur le thème de la sécurité publique et l’installation de caméras

A l’initiative de la Bourgmestre Alice Leeuwerck et le chef de corps de la Police Sébastien Dauchy, les citoyens étaient invités à une réunion citoyenne sur le thème de la sécurité publique et l’installation de caméras qui était organisée dans les locaux de la Rotonde à Warneton.

De nouvelles caméras ont été installées à Ploegsteert comme à Warneton et certaines sont capables de reconnaître l’immatriculation des voitures permettant ainsi d’élucider de nombreux méfaits qui vont d’un rétroviseur cassé à des vols ou autres. « Installer des caméras à chaque rue n’est pas une solution. Je préfère avoir des bonnes caméras à des endroits stratégiques. Ces caméras sont installées par les autorités pour les citoyens ! » disait Sébastien Dauchy

A Warneton, après visionnage des vidéos et insertion des plaques de véhicule ne respectant pas l’interdiction de transport de choses dans le logiciel,  elles permettent notamment de verbaliser automatiquement ces même véhicules en cas de nouveau passage. C’est ainsi que depuis leur mise en service le 1er mai dernier, elles ont permis de verbaliser 54 camions qui ne respectaient pas l’interdiction. Sachez que chaque véhicule qui entre et sort à Warneton est automatiquement identifié et cela permet également de verbaliser les conducteurs en défaut d’assurance par exemple.

Depuis 2015, toutes infractions confondues, la Police a verbalisé à 1116 reprises à Warneton. Dans plus de 500 cas il s’agissait de verbalisation en matière de vitesse. Depuis le 1er juillet 2017 et l’interdiction du transport de choses dans le centre de Warneton, la police a verbalisé 311 poids lourds dans le cadre de cette interdiction. Dans le futur, le commissaire aimerait pouvoir installer de nouvelles caméras au rond-point du Godshuis, aux 5 chemins, au plateau de la gare, dans la rue du couvent, et au rond-point de la MJC. Le commissaire rappelle qu’un comité d’éthique existe pour l’utilisation des vidéos et que tous les policiers sont formés au visionnage de celles-ci

Les citoyens étaient ensuite invités à une séance de questions-réponses et ce sont les agriculteurs via José Ryckebosh qui ont pris la parole en premier lieu. Ce dernier a réitéré une demande faite lors d’un conseil communal demandant une dérogation pour les agriculteurs transfrontaliers, ce qui n’est pas d’application pour le moment. Le débat a rapidement tourné à la politique et l’Echevin Didier Soete lui a répondu en rappelant notamment que cette interdiction avait été votée sous l’ancienne majorité dont José Ryckebosh faisait partie. Didier Soete et Alice Leeuwerck ont également appelé a éviter le communautarisme entre d’un côté les agriculteurs et de l’autre la population. Les agriculteurs ont été rassurés sur le fait qu’ils pouvaient toujours passer avec une charrue ou autre matériel dans le centre de Warneton et que s’ils estimaient être verbalisés injustement, ils pouvaient contester et que la Police vérifierai les vidéos.

Les radars tronçons, ce n’est pas pour tout de suite !

Le statut de la RN58 a également été abordé. Des radars tronçons devaient être installés mais ne le seront pas avant un moment, tout d’abord pour des questions de budget mais aussi à cause de la situation politique de la région. « Le gouvernement wallon étant en affaires courantes et le ministre n’ayant pas été réélu, nous sommes obligés d’attendre l’installation d’un nouveau gouvernement pour savoir ce qu’il en sera » expliquait Alice Leeuwerck. Plusieurs riverains de la chaussée du Pont-Rouge se sont plaints du passage de camions qui entrent par le carrefour entre la chaussée du Pont-Rouge et le chaussée de Lille alors qu’une route a expressément été aménagée pour le passage des poids-lourds qui se rendent à l’entreprise CL Warneton. La Bourgmestre les a invité à prendre rendez-vous afin qu’ils expliquent leur cas plus en détail prochainement. Pour terminer, le commissaire Dauchy a rappelé que quoi qu’il arrive la population ne devait pas éviter à appeler la Police. « Sachez que vous ne nous dérangez jamais ! En cas de problème composez le 101 !» a-t’il martelé. Bref, le sujet reste brûlant dans la cité des mountches mais les autorités et la Police veillent à ce que les lois soient respectées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 1